L’Eglise catholique fait encore une fois sa chochotte

Les journaux titrent sur le sujet, la radio me bassine en boucle au cours de ses journaux du matin. La Croix pleure sa sainte mère l’Église.

Il est toujours intéressant de voir des polémiques naître dès qu’on rappelle les méfaits avérés des cathos et de leurs institutions.

Le film de Costa Gavras "Amen" vient gratter le vernis doré du Vatican (qui vient quand même de canoniser récemment Josemaria Escriva de Balaguer, le fondateur de l’Opus Dei, qu’est-ce que vous dîtes de ça, hein ? )en rappelant le silence (qui ne dit mot consent ?) de Pie XII sur la Shoah.

Ah, oh blasphème. Et pourtant, c’est pas comme si notre chère Église catholique apostolique et romaine n’avait pas une putain d’ardoise à se faire pardonner. Pas moyen de passer à trépas sans passer à confesse ! Il va falloir traîner ses guêtres dans les confessionnaux les gars ! Et encore sans véritable espoir d’absolution ni de sortie possible du purgatoire !

Les méfaits cautionnés et institutionnalisés par les institutions religieuses tiendraient dans une liste assez longue : en vrac et en ce qui me concerne je mettrais déjà bien , rien que pour la France notre chère patrie...en une le code noir, ce texte charmant qui entérine la traite transatlantique.

Après ça va défiler, des plus traditionnels procès en abrutissement des masses au soutien à l’Apartheid, les empêcheurs d’être une femme en rond (ah, non pas de contraception, ton utérus est à la nation et aux curetons)... Bon j’arrêtes là, je m’énerve toute seule, et les gamins d’Alsace et de Moselle, se tapent encore comme nous les chères soeurs à l’école, juste avant la récré.